En gelure

Publié le par konda galner

Prends ma main, si tu les aimes un peu froides,
La chaleur des exaltés m'a crucifié.
Je n'aurai pas les rêves de ceux qui se lézardent,
Rampant sur de vagues réalités

Retiens tes pleurs, si c'est pour un coeur cannibale,
Et laisse son fiel s'écouler
Ses délires te revêtent d'un voile qui te hâle
D'une aura de phagocytée
 
Prends ma main, si tu les aimes un peu froides,
Je ne me gante plus d'illusions
Et aux atours de ceux qui, vaniteux, paradent,
Je préfère mes sombres haillons.

Prends mon coeur, si le tien, traitre, te désarme,
Il saura tenir en ton sein.
En lieu et place de tes anciennes passions-vacarmes,
Son silence sera ton gardien

Prends ma main, si tu les aimes un peu froides,
Mon toucher est ma volonté.
Glacée, elle s'élève en une haute barrière roide,
Et réchauffe les transis réfugiés.

Prends ma main, si tu les aimes un peu froides,
Prends mon corps comme un gel torride,
Prends mon âme, si tu es une dryade,
Prends donc mon rêve, mon monde en ruine !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article